Buddhism facts

Facts about North Korea – KAKE

Here is some general information about the Democratic People’s Republic of Korea (DPRK), also known as North Korea. It borders China, Russia and South Korea.

Population: 25,831,360 (July 2021 est.)

Ethnic groups: Homogeneous race, with a small Chinese community and some ethnic Japanese

Religion: Traditionally Buddhist and Confucian, with some Christian and Syncretic Chondogyo (Heavenly Way Religion

Unemployment rate: 25.6% (2013 estimate)

North Korea has no diplomatic representation in the United States. They have a permanent mission to the United Nations.

The United States has no diplomatic representation in North Korea. The Swedish Embassy represents the United States as a protective consular power.

1910-1945 – Japan controls the Korean Peninsula.

August 1945 – After Japan’s surrender in World War II, the United States occupied the southern half of the peninsula while the USSR occupied the northern half.

[1945-1994-Kim Il-Sung est le premier dirigeant du pays.

1948 – Des gouvernements séparés pour les parties nord et sud de la péninsule coréenne sont établis après qu’une impasse internationale n’a pas permis de résoudre le problème.

8 juillet 1994 – Kim Jong Il devient le chef de la Corée du Nord à la mort de son père Kim Il-Sung.

2000 – Kim Dae Jung, le leader de la Corée du Sud, et Kim Jong Il se rencontrent pour la première fois depuis la séparation du pays 50 ans plus tôt.

11 décembre 2007 – Les trains de marchandises commencent à traverser la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, reprenant un service régulier qui a fonctionné pour la dernière fois dans les années 1950.

3 mars 2008 – Après que les États-Unis et la Corée du Sud ont commencé six jours d’exercices militaires conjoints, le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord dénonce les exercices et avertit que la Corée du Nord explorera toutes les contre-mesures nécessaires à sa protection. Environ 27 000 soldats américains et le porte-avions USS Nimitz participent aux exercices.

28 décembre 2008 – Les trains de marchandises qui ont commencé à traverser la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud en décembre 2007 ont suspendu leur service en raison de la détérioration des relations entre les deux pays, anéantissant les espoirs de réconciliation.

8 mars 2009 – L’Assemblée populaire suprême organise des élections, retardées depuis août 2008. Kim Jong Il est réélu à l’unanimité dans son district, avec un taux de participation de 100 % annoncé.

4 août 2009 – L’ancien président américain Bill Clinton s’assoit avec Kim Jong Il pour discuter de la libération de Lee et Ling. Les deux femmes reçoivent plus tard une grâce complète de Kim et sont libérées.

20 mai 2010 – La Corée du Sud accuse officiellement la Corée du Nord d’avoir tiré une torpille pour couler le Cheonan, un navire de la marine sud-coréenne, en mars, tuant 46 marins. La Corée du Nord nie toute responsabilité et avertit que toute représailles conduirait à une « guerre totale ».

24 mai 2010 – Le président sud-coréen Lee Myung-bak rompt tous les liens commerciaux et demande au Conseil de sécurité de l’ONU de punir la Corée du Nord.

28-29 septembre 2010 – Le parti au pouvoir en Corée du Nord, le Parti des travailleurs de Corée, se réunit pour la première fois depuis 1980. Kim est réélu secrétaire général du parti.

23 novembre 2010 – La Corée du Nord lance de l’artillerie sur l’île de Yeonpyeong en Corée du Sud, tuant deux marines sud-coréens.

7-9 février 2011 – Des responsables militaires de Corée du Nord et de Corée du Sud se réunissent dans la zone démilitarisée (DMZ) à la frontière pour désamorcer les tensions et relancer les pourparlers d’aide internationale sans grand succès.

29 avril 2011 – Le département d’État américain réfute les accusations de l’ancien président américain Jimmy Carter selon lesquelles les États-Unis et la Corée du Sud retiennent l’aide alimentaire de la Corée du Nord pour des motifs politiques. Les États-Unis avaient suspendu il y a deux ans leur aide à la Corée du Nord, car ils soupçonnaient que la nourriture donnée n’atteignait pas ceux qui en avaient le plus besoin.

29 avril 2011 – Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies annonce son intention de commencer la distribution alimentaire d’urgence à 3,5 millions de Nord-Coréens, principalement des femmes et des enfants, qui meurent de faim après un hiver rigoureux qui a détruit les récoltes.

17 décembre 2011 – Kim Jong Il décède à l’âge de 69 ans.

31 décembre 2011 – Kim Jong Un, le fils cadet de Kim Jong Il, prend le commandement de l’armée nord-coréenne.

22 janvier 2013 – Les Nations Unies condamnent le récent lancement d’une fusée nord-coréenne et étendent les sanctions existantes contre la Corée du Nord avec la résolution 2087.

24 janvier 2013 – La Commission de défense nationale de la Corée du Nord a déclaré qu’elle poursuivrait les essais nucléaires et les lancements de roquettes à longue portée, qui font tous partie d’une “action totale à venir” visant les États-Unis, “l’ennemi juré du peuple coréen”.

11 mars 2013 – Un porte-parole de l’armée nord-coréenne annonce que l’accord d’armistice de 1953 est “mis au rebut”, citant les mesures internationales dirigées par les États-Unis pour imposer de nouvelles sanctions à son encontre suite à son récent essai nucléaire.

27 mars 2013 – La Corée du Nord coupe sa hotline militaire avec la Corée du Sud. Plus tôt dans le mois, une hotline de la Croix-Rouge passant par Panmunjom a été coupée.

13 décembre 2013 – L’oncle de Kim Jong Un, Jang Song Thaek, est exécuté. Jang était autrefois considéré comme la deuxième personne la plus puissante du pays. L’agence de presse officielle de la Corée du Nord accuse Jang d’essayer de renverser l’État, le décrivant comme “une ignoble racaille humaine”.

9 mars 2014 – Des élections ont lieu. Les médias d’État rapportent qu’il y a 100% de participation électorale et Kim reçoit 100% des voix.

11 mars 2015 – Le ministère russe des Affaires étrangères annonce un accord selon lequel 2015 sera une “Année de l’amitié” entre les deux pays et que Kim se rendra à Moscou.

26 mars 2015 – La Corée du Nord prétend arrêter deux hommes sud-coréens pour “espionnage” et les accuse de recueillir des renseignements et des secrets militaires de la Corée du Nord.

19 septembre 2017 – Trump, s’adressant à l’assemblée générale de l’ONU, menace de “détruire totalement” la Corée du Nord si les États-Unis sont contraints de se défendre ou de défendre un allié. Kim répond plus tard en qualifiant Trump de “dotard américain dérangé”.

21 novembre 2017 – Le Département du Trésor annonce de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord.

22 décembre 2017 – Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte à l’unanimité une nouvelle série de sanctions rédigées par les États-Unis contre la Corée du Nord qui étrangleront davantage ses approvisionnements énergétiques et renforceront les restrictions sur la contrebande et l’utilisation de travailleurs nord-coréens à l’étranger. Nikki Haley, l’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, affirme que les nouvelles sanctions, imposées en réponse au test de missile balistique de Pyongyang le 29 novembre, sont allées encore plus loin que les sanctions adoptées en septembre qui, à l’époque, étaient qualifiées de plus sévères à ce jour.

10 février 2018 – La sœur de Kim Jong Un, Kim Yo Jong, rencontre le président sud-coréen Moon Jae-in et lui adresse une invitation officielle de la part de son frère à se rendre en Corée du Nord pour ce qui serait la première réunion des dirigeants coréens depuis 2007.

23 février 2018 – Trump annonce de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord qui ciblent spécifiquement les compagnies maritimes et commerciales et les navires du pays. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a déclaré qu’il “ciblait toutes les voies illicites utilisées par la Corée du Nord pour échapper aux sanctions”.

6 mars 2018 – Le département d’État américain annonce de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord après avoir déterminé que le gouvernement était responsable du meurtre de Kim Jong Nam, un demi-frère de Kim Jong Un, décédé à Kuala Lumpur l’année dernière après avoir été exposé à un agent neurotoxique que le L’ONU considère une arme de destruction massive.

16 juin 2020 – Les médias d’État nord-coréens rapportent qu’un bureau de liaison conjoint utilisé pour les pourparlers entre eux et la Corée du Sud, situé juste au nord de la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées, a été “complètement détruit par une” terrible explosion “à 14h50 heure locale. La Corée du Nord a présenté sa décision de détruire le bâtiment comme une mesure de représailles après qu’un groupe de transfuges ait utilisé des ballons pour envoyer des tracts anti-nord-coréens au nord de la DMZ.

Le-CNN-Wire
™ & © 2022 Cable News Network, Inc., une société Warner Bros. Discovery. Tous les droits sont réservés.